24 mars 2006

Les mains

























Je veux ici parler d'une photo qui m'a beaucoup fait réflechir et surtout beaucoup émue. Elle est très simple et très belle. C'est celle d'un vietnamien qui lit un livre dans le métro.
Toute simple non ? Une photo volée au hasard d'un trajet par une amie photographe.

Quelle vie ont-elle eu ces mains ou cette main là qui tient fermement ce livre et cette page ?
Elle est un peu ridée, elle a travaillé, tourné des pages, ouvert de portes, carressé des corps, fait des signes, et toutes sortes de chose du quotidien.

J'aime les mains, je trouve qu'elles révelent la personne. Elles sont agiles, actives, parfois communiquent toutes seules. Sages et disciplinées, elles essayent de taper sur un clavier :-) les miennes ont un peu de mal ! mais elles restent le prolongement de notre pensée.

Elles peuvent exprimer les sentiments de leurs proprietaires, être un outil de colère et de tendresse. Elles peuvent remplacer les mots.

http://home.arcor.de/jean_luc/alphabet/sourd/sourdmuet.htm





"La parole qui sort de la bouche de l'Homme ne revient pas sans effet"
Il faut faire attention à ses gestes et à ses mots :)




Photo : Copyright Lauriane Fiorentino


3 commentaires:

Mel a dit…

C'est vrai qu'elle sont belles ces mains. Je ne sais pas si mes mains me refletent mais mes ongles sont arraches, mutiles ... la preuve que je vis stressee en permanence !

Marie a dit…

Mais Mel, quand je te lis, je vois que tu es sur le vif ! C'est d'ailleurs rassurant pour une personne de ton age :) et puis c'est une des facettes qu'on aime.

Les mains posées sur ce livre ont elles un peu plus de vécu.
Je me souviens des mains de mes deux grands meres, je les revois qui tricottaient et façonnaient des tartes aux pommes !

Tu vis sur la cote et tu es stressée ? Mais tu m'otes mes illusions cotières de farniente tranquille.

Mel a dit…

A part les transports en commun, on a le meme stress du boulot que partout et puis deja bebe, les medecins trouvaient que j'etais une boule de nerf. C'est malheureusement inne chez moi.